Le Tarot de Charles VI : le jeu des princes

Miranda
Notre point de vue

 

Le Tarot dit ‘’de Charles VI’’ semble porter en lui-même des airs de majesté et de grandeur. Effectivement, il est l’un des rares vestiges des luxueux jeux princiers de la période de la Renaissance en Italie. On en compte une vingtaine aujourd’hui. Le jeu doit en partie son nom à un roi de France. Les études révèlent qu’il serait apparu en 1392 en France en provenance de Milan avant de se répandre dans l’Europe.

Une iconographie médiévale et humaniste

Les cartes du Tarot de Charles VI puisent leurs dessins et symboles dans la culture médiévale et humaniste. Le créateur du jeu a tenté de mettre en évidence les personnages du tarot hors du cadre des lames dans le but de leur donner plus d’authenticité. Les cartes révèlent de magnifiques allégories, des symboles, des atouts et des fonctions ludiques. Tous ces éléments ont alimenté l’imagination populaire favorisant de multiples interprétations qui se compliquèrent avec le temps. Les princes étaient fascinés par ce mélange culture sacrée et profane.

Au début, ce tarot comportait 78 cartes : 22 atouts (ou triomphes) et 56 cartes à jouer aux enseignes latines. C’est la composition exacte du Tarot classique. Les atouts viennent d’Orient mais ont subi d’importantes modifications. Le Tarot de Charles VI a connu plusieurs déclinaisons dont :

  • Le « Minchiate » apparu en Florence avec une vingtaine d’atouts supplémentaires ;
  • Le « Tarrochino » de Bologne : il exclut les cartes numérales de 2 à 5.

Par ailleurs, la lecture de l’iconographie révèle d’autres éléments :

  • Le pouvoir spirituel et temporel : le Pape, la Papesse, l’Empereur, l’Impératrice ;
  • Les vertus cardinales : la Justice, la Tempérance, la force ;
  • Les allégories chrétiennes : la Maison-Dieu, La Mort, le jugement, le Diable ;
  • La culture populaire : l’Amoureux, le Bateleur, l’Ermite, la Roue de la fortune, le Pendu ;
  • Les planètes : le Soleil, la Lune, l’Etoile, le Monde.

Si, au début ces figures étaient faciles à décrypter pour les humanistes, elles sont devenues plus énigmatiques avec le temps.

La lecture de Pétrarque

Les atouts étaient désignés par le terme « triomphe » rappelant sans détour l’ouvrage célèbre de Pétrarque. Ce poète imaginaire a réussi à inspirer de nombreux peintres qui ont reproduit ses figures allégoriques. Il y avait une manière spéciale de lire les ‘’Triomphes de Pétrarque’’ :

  • L’amour triomphe des hommes qui ne lui résistent pas ;
  • L’Amour est vaincu par la chasteté qui l’entraine, enchaîné ;
  • La chasteté et l’amour incarnent la vie qui est vaincue par la mort ;
  • La renommée triomphe de la mort qui succombe au temps à son tour ;
  • L’éternité (la divinité) triomphe du temps.

Le Tarot de Charles VI apparaît comme une synthèse de cultures allégoriques et astrologiques qui en font un outil de divination par cartes tout à fait spécial et unique.




Copyright © 2012-2013 - http://www.mediumgratuit.eu - Tous droits réservés